Suspiria (2018) - la critique

Mater Suspiriorum

Le 13 novembre 2018

Une relecture passionnante et oppressante du chef d’oeuvre d’Argento qui distille une angoisse permanente avec ses corps malmenés et son atmosphère malsaine. Un véritable tour de force.

Galerie Photos

Vos avis

  • 15 novembre, par Virgile Dumez

    Le cinéaste est assurément un homme cultivé qui souhaite aller au-delà du postulat horrifique de l’oeuvre d’Argento. Etait-il pour autant nécessaire de nous infliger 2 heures trente d’un pensum indigeste sur les fractures de l’Allemagne des années 70, oubliant au passage de raconter une histoire quelque peu horrifique ? Jamais angoissant, jamais intrigant, le film a pour seul mérite de sans cesse prendre le contre-pied de ce que l’on attend. Avec ses images délavées trop sombres, ses ralentis disgracieux qui gâchent toute la dernière scène (la seule qui justifie le classement dans la catégorie horreur), Suspiria 2018 n’a pas grand-chose à offrir aux amateurs de frissons. Le film ressemble finalement plus au Mother of Tears ridicule d’Argento qu’à son sublime Suspiria. Mon Dieu quelle déception !

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?